0

Le premiers bourgeons arrivent et d’habitude, c’est l’espoir d’un beau millésime qui prévaut ! Aujourd’hui, le monde s’enrhume et nous avec dans une certaine incompréhension…Nous devons travailler dans nos vignes, nous devons travailler parce que la nature pousse et nous pousse ! C’est risqué (diront quelques esprits chagrins) ! Oui, la vie est un risque ! Chaque mère qui par amour a enfanté le sait… Peut-être, au lendemain de cette grande ivresse qu’est cette période de lutte contre le virus, nous serons plus conscients de la valeur de nos vies, de la valeur de notre travail, de la grandeur de nos vins. A l’heure où le monde s’arrête autour de nous et où (temporairement, j’espère) plus rien n’a de valeur, nous ne sommes plus sûrs de rien, sauf que notre cave est pleine de bons vins… Un immense stock de bonheur liquide !

Leave a Reply